Document Freedom Day (Libérez vos documents !)

Si l’internet a pu voir jour et devenir ce qu’il est aujourd’hui, c’est entre autres grâce au fait qu’il est basé sur des standards ouverts que tout le monde peut implémenter.[1]

Cependant cette question est souvent délaissée au profit de la question de convivialité et de disponibilité. De plus en plus on utilise un logiciel ou un format “parce que les autres l’utilisent” et parce qu’on est habitué à le faire et non pas pour les garanties de liberté qu’il offre.

De nos jours la liberté sur Internet est une question essentielle. Nous assistons à des tentatives par des intérêts privés de départager le bien commun qu’est l’Internet pour tirer un profit maximal. Le fait d’utiliser des formats propriétaires fait partie des stratégies pour y arriver.[2]

En utilisant des formats propriétaires, on s’oblige et oblige nos collaborateurs à utiliser un logiciel privateur (parce qu’il nous prive de nos libertés). Or aujourd’hui il est primordial, vu l’importance critique de l’information et des données, de maîtriser le logiciel qu’on utilise. Cette maîtrise du logiciel nous permet de nous assurer que le logiciel fait uniquement ce qu’il doit faire, de l’étudier et de l’améliorer et comme conséquences de le partager avec nos amis, famille et collaborateurs. De nos jours ces libertés et cette maîtrise est garantie uniquement par les logiciels libres.[3][4]

Essayons donc de laisser en héritage un Internet libre et sain pour ceux qui viendront derrière nous. De la même façon que la pollution des compagnies privées empoisonne notre environnement, la pollution intellectuelle est bien réelle et menace notre environnement numérique tout autant.

Le choix nous appartient plus que jamais et il faut en faire usage.

[1] Time Berners Lee (le créateur du Web) sur les menaces sur le web : ici

[2] Article par David Bollier sur les biens communs en nos jours (la partie appelé “Privatizing Public Knowledge” montre certaines réalités) : ici

[3] Thiery Stœhr discute depuis des années sur les formats ouverts sur son blog : ici

[4] Longue argumentaire sur les raisons d’éviter les formats fermés : ici

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *