Cours sur les logiciels libres à la Basilique de Saint Denis

Jeudi dernier (19 février), dans le cadre des actions contre la réforme des universités, nous avons assisté à un cours sur les logiciels libres à la Basilique de Saint Denis. Jean-Jacques Bourdin nous a parlé des débuts de GNU et son évolution, de l’enjeu de la bataille des logiciels ouverts vs. logiciels propriétaires, mais également de la place des logiciels libres à l’université.

A la fin nous avons tous été (un peu congelés mais) d’accord que l’esprit du libre de Paris 8 s’est caché quelque part, ces dernières années. Est-il dans les labos, ou dans le bocal ou tout simplement derrière le coin ? Si quelqu’un le croise qu’il le signale _vite_ s’il vous plaît. Sans ça nous serons obligés d’aller le chercher.

En attendant voici quelques photos.

Cours sur les logiciels libres à la Basilique de Saint-Denis
Cours sur les logiciels libres à la Basilique de Saint-Denis
La basilique est belle (inspiration pour faire du beau code)
La basilique est belle (inspiration pour faire du beau code)

Le cours à la Basilique a été précédé d’un cours de langage impérative (C) improvisé dans le métro.

2 thoughts on “Cours sur les logiciels libres à la Basilique de Saint Denis

  1. Concernant “l’esprit du libre de Paris 8 s’est caché quelque part” (tout en supposant qu’ici “libre” et “open-source” veut dire la même chose) alors :
    1) à mon avis à l’intérieur du département, c’est plutôt le logiciel propriétaire qu’il faut chercher. Si je ne m’abuse, nous utilisons différentes variantes de Linux (me semble libre actuellement), des langages de progammation C, Lisp, Squeak, PHP, etc, que des langages avec des compilateurs/interprètes “libres (non propriétaire), des traitement de texte comme Latex et/ou OPen Office (tant que je sache, c’est des logiciels libres), etc
    2) si l’accent n’est pas sur le “logiciel libre” mais sur “l’esprit libre”, je ne peux que me dire que “l’esprit” est vraiment une affaire très personnelle et ce ne sera jamais, je l’espère, que le département d’Informatique, l’UFR MITSIC, voire même la fac entière, remplira le rôle d’une sorte de “placeholder” de “l’espit libre” de chacun de nous.

  2. Je pense que quand on parle de l’ “esprit du libre” il faut aller au delà de la simple utilisation des logiciels libres. En plus de ça quand vous dites “nous” vous visez qui ? Les professeurs, le personnel administratif, les étudiants ? Les professeurs oui ils utilisent les logiciels libres. Le personnel administratif, en partie. Les étudiants, je ne pense pas beaucoup. Il suffit de demander aux étudiants ce qu’ils utilisent comme OS à la maison. D’ailleurs Solaris 10 qu’on trouve au bocal n’est pas très libre non plus.

    Pour aller au delà de l’utilisation. Même si les professeurs utilisent et recommandent des logiciels libres aux étudiants est-ce que vraiment les principes des logiciels libres sont enseignés ? Pendant mon cursus à Paris 8 un seul cours à eu vraiment la vocation de sensibiliser les étudiants sur les LL — celui de Charlie Nestel. A mon savoir aujourd’hui il n’y a pas de cours qui est sensé présenter la problématique des LL aux étudiants.

    Pour moi l’esprit des LL est aussi une certaine étique de hacker, vouloir d’aller au delà des cours, organiser des manifs au bocal, être sensibilisé sur les problèmes des logiciels libres, qui dépassent de loin la simple utilisation des logiciels — brevets, DRM, filtrage au niveau national (Chine, Australie, Syrie), attaques sporadiques de la part de MS (OOXML, procès diverses et variés…)

    Par des histoires folkloriques je suis resté avec l’impression qu’avant la mobilisation et la sensibilisation au bocal était plus élevée. Voilà pourquoi je trouve qu’effectivement l’esprit du libre est caché/endormi.

    Ivaylo

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *